CRABUS

journal de bord d'une lutte contre un cancer du sein avec la positive attitude

26 septembre 2013

LA GRECE

Je sais, vous allez dire que je suis une lâcheuse et que je délaisse complètement le blog.

Pour me faire pardonner, je vous livre un petit récit et quelques photos (voir album "La Grèce")  qui j'espère sauront vous distraire un peu.

LA GRECE

 Depuis quelques jours, c'est l'été indien en Provence. Les  rayons  de soleil, encore chauds,  parviennent à nous faire oublier la morosité de la rentrée et repoussent l'arrivée de l'automne.

Et, non pas que je me prenne pour un soleil, je vais essayer de vous apporter un petit plus au moral, en vous narrant mon dernier voyage en Grèce. Début septembre, une envie d'évasion s'empare de J. qui me propose un voyage. Comment refuser une telle offre, moi qui adore les voyages ?La Grèce me tenterait bien et surtout les îles grecques.Vous allez me dire que nous sommes déjà allés en Crète et à Santorin, il y a deux ans. Oui mais, il a plu durant tout une semaine, je suis donc restée sur ma faim ! Cette fois, je consulte la météo qui paraît beaucoup plus optimiste, prévoyant une moyenne de 28 à 30 °. Correct ! Après de longues heures de recherche sur le net, je repère deux hôtels qui correspondent à mes critères. Ce sont des 4*, au bord de la mer Egée. Les prix sont identiques, à quelques euros près. Le premier est distant d'Athènes de 85 km et l'autre de 35 km. Les commentaires sur Tripadvisor sont à peu près équivalents. En premier choix, j'opte pour le plus éloigné d'Athènes qui m'attire plus. Je me rends à l'agence de voyage pour réserver. Je pourrais le faire directement sur le net mais j'aime bien avoir un interlocuteur devant moi et pouvoir lui poser des questions.Il reste bien de la place pour partir dans 8 jours et je suis sur le point de conclure le dossier quand je me ravise et demande réflexion encore quelques heures. Une intuition… Je reviens l'après-midi et cette fois, je demande à consulter les disponibilités pour l'autre hôtel. Et bingo ! Offre de dernière minute, le séjour est 100 € de moins que l'autre hôtel, dans un bungalow avec vue sur mer. Je réserve immédiatement !

J. arrive trois jours plus tard. Derniers préparatifs, derniers achats avant de partir.

Jour J, samedi 1H du matin, nous partons pour l'aéroport de Lyon et je n'ai pas réussi à réserver une place sur l'e-parking, soi-disant complet. Au péage de l'autoroute, la carte bleue  de J. est refusée. Gloups ! Ça commence bien ! Pourtant, son compte est bien alimenté ! Reste la mienne, en secours mais là, la réserve est minime… ! 3H30, nous arrivons sur le parking longue durée où de multiples emplacements sont libres. Comme à chaque fois que je pars en voyage, il pleut en France, aussi nous courons pour attraper la navette pour l'aérogare. Les halls sont déserts et je réveille une hôtesse assoupie,  du stand "Look voyage". Elle nous délivre les billets pour Athènes. Puis, c'est l'éternelle file d'attente pour enregistrer les bagages. Une petite faim commence à se manifester. J'ai besoin d'un petit café et j'avalerai bien un croissant, mais tout est fermé. Je me rabats sur un distributeur automatique. Alors que j'attends mon tour pour passer la douane, je m'aperçois qu'il y a une erreur de nom sur mon billet d'embarquement. Je rebrousse chemin et retourne vers l'enregistrement.  On rectifie ledit billet avec mon vrai nom, et je refais la queue pour la douane ! Nous embarquons à bord d'un A320 de la compagnie "Small Planet" qui porte bien son nom : il y a peu de place entre les rangées de sièges !  J'ai la chance d'avoir un "grand" monsieur derrière moi qui enfonce  ses genoux dans mon dos tout le long du trajet ! Il fait encore nuit quand nous décollons à 6H du matin et malgré mon emplacement près du hublot, je n'aperçois pas grand-chose, hormis une multitude de petites lumières. Pourtant, ce doit être joli car nous survolons les Alpes, l'Italie, Turin, Gènes, Florence, San Marino, l'Adriatique et Dubrovnik. A l'extérieur, la température est de -51°, alors que nous volons à 35000 pieds à la vitesse de 830 km/h. Bien entendu, j'ai placé mes petits bouchons d'oreilles pour le décollage. C'est un bon pilote, je n'ai pas eu mal ! Le bon temps où une petite collation gratuite nous était offerte durant le vol, est révolu. Maintenant, il faut payer et le chariot des hôtesses est fortement boudé.Je confirme la dextérité du pilote, l'atterrissage s'effectue en douceur pour mes oreilles. Il subsiste juste une petite surdité de l'oreille gauche. Comme d'hab,  petite angoisse pour récupérer les bagages… Après cette formalité, un représentant de "Look Voyage" nous réceptionne dans l'aérogare. Nous ne figurons pas sur sa liste. Petite frayeur vite dissipée par un chauffeur de taxi qui nous attend, nous et un couple de jeunes lyonnais.

20 mn plus tard, nous arrivons à l'hôtel Mare Nostrum. Nous pénétrons dans un très grand hall désert, tout en marbre. Le personnel nous accueille très aimablement et nous annonce que nous sommes les premiers clients Look Voyage qui débute son partenariat avec l'hôtel, justement cette semaine. Un cocktail nous est offert avant de nous transporter, avec une petite voiture électrique, jusqu'à notre bungalow. C'est un très grand hôtel de 352 chambres, construit en 1978 à flanc de colline, ce qui occasionne beaucoup de montées et de descentes pour s'y déplacer. Notre bungalow est un peu en contrebas du bâtiment principal. La chambre, bien que propre, est un peu vieillotte. Le mobilier est désuet et disparate. Les sanitaires ont vécu… Mais, effectivement, nous avons vue sur la mer et la montagne. Et une vue superbe ! Le temps est orageux.

Nous nous installons avant de faire le tour du propriétaire. Pour accéder à la piscine, il y a 70 marches. Pour descendre, pas de soucis.   Pour monter, j'apprécie moins ! Pour accéder à la réception et au restaurant, il y a 3 étages. Heureusement pour mes gambettes, il y a un ascenseur ! Certes, c'est un vieil ascenseur, un peu capricieux qui m'occasionne  parfois quelques appréhensions en se bloquant entres deux étages. La plage de sable un peu grossier est petite, mais elle est agrémentée d'une grande pelouse, à l'arrière. A travers l'eau de mer transparente, nous apercevons d'énormes méduses qui me donnent le frisson.

Nous parcourons quelques centaines de mètres au bord de la mer pour notre balade découverte, jusqu'à une taverne, genre de paillotte. Là, un serveur s'empresse de nous montrer ses frigos remplis de poissons frais et nous offre un verre d'Ouzo. Les Grecs sont très hospitaliers, à moins qu'ils ne recherchent vraiment le client !

Comme nous ne sommes qu'en demi-pension, nous déjeunons dans le self de l'hôtel, au bord de la piscine où l'on peut  déguster une salade complète, un hamburger ou un plat chaud pour un prix très modique et un dessert, si on veut. J'opte pour une salade et un morceau de melon avant de regrimper les 70 marches "digestion" jusqu'au bungalow.

Après notre nuit blanche, une petite sieste s'impose. Pas question de bouger pour notre premier jour, on n'a plus vingt ans, il faut récupérer ! Donc, notre activité, c'est farniente au bord de la piscine ! Une belle et grande piscine, qui tout comme les chambres, aurait besoin d'une petite rénovation. Elle est aussi déserte que le reste de l'hôtel. Tout juste une dizaine de personnes. Une charmante jeune fille grecque nous échange des serviettes de bain contre une caution.

Après ces excès d'activités, nous remontons nous changer pour le dîner.

Là, je suis surprise car le restaurant est assez rempli. En majorité des grecs qui viennent le week-end en thalasso, car l'hôtel dispose d'un très bel espace de thalasso. Les autres viennent passer la soirée du samedi, dansante et ouverte au public. En ce qui concerne la restauration, je ne donnerais pas d'étoile au chef, mais c'est très correct et suffisamment variés pour tous les goûts.

Nous n'avons pas le courage d'assister à la soirée musicale, Morphée nous appelle de toutes ses forces et nous ne pouvons résister… Je dors comme un bébé, 10H sans me réveiller ! Je souligne le fait, car cela fait des mois, voire des années, que ça ne m'est arrivé ! Vive la Grèce !!

 Réunion avec la représentante de Look Voyage, le dimanche matin, autour d'un jus de fruit.  Femme très sympathique mais totalement ignorante ! Il lui est impossible de répondre à nos nombreuses questions, elle n'y connaît rien. Elle est en rodage, c'est sa première à l'hôtel "Mare Nostrum" !! Elle propose de nous vendre ses différentes excursions, mais nous ne sommes pas suffisamment nombreux (15 français) pour qu'elles puissent avoir lieu. Durant tout notre séjour, nous ne l'avons jamais revue !

 En fin de matinée, nous décidons de partir visiter Athènes. Après avoir grimpé un joli petit raidillon, nous empruntons un bus local, à 200 m de l'hôtel, pour un prix mini.  Il faut compter une heure de bus avec 33 arrêts minimum avant d'arriver à Athènes. De là, il faut poursuivre avec le métro, pendant 20 à 25 mn, jusqu'au centre ville.Dans le métro, je suis surprise de la propreté des lieux. C'est un métro très moderne, tout en marbre, sans graffitis et doté de nombreux escalators qui évitent  d'avoir ENCORE à grimper des marches ! Il n'y a que 3 lignes, ce n'est donc pas très compliqué de s'y retrouver. Encore faut-il savoir lire le grec ou l'anglais ! Contre mon avis, J. veut absolument descendre à une station avant l'Acropole car il y a un changement. Nous atterrissons sur la grande place de Syntagma, devant le Parlement.

"Et on va où ? De quel côté ?"

Alors nous reprenons le métro pour allez jusqu'à la station Acropolis. Qui qui avait raison ?? C'est bibi !!

Au bas de l'Acropole, nous arpentons quelques petites rues commerçantes avant de nous installer à une terrasse, dans un petit square,  pour déjeuner.  Les prix des salades sont attractifs, mais les grecs peuvent aussi être roublards car la note finale affiche 4 euros de plus pour des amuse-gueules et de l'eau imposés. Bon à savoir, refuser tout ce que l'on n'a pas commandé !!

Puis nous allons visiter l'Acropole. Je n'aurais jamais cru que c'était si haut ! Il faut encore grimper et grimper pour y accéder. J'ai des sandalettes avec une semelle en cuir et je glisse sur les marches en marbre ! Si vous décidez un jour d'aller en Grèce, pensez à vous munir de baskets, conseils d'amie ! De plus, il fait très beau mais aussi très chaud. Largement dépassés, les 28/30° prévus !! Des panneaux affichent 33° et la réverbération sur les vieilles pierres augmentent  cette chaleur. Nous passons devant l'Odéon d'Hérode Atticus, récemment rénové. En apercevant le Parthénon entourée d'échafaudages pour sa restauration, je suis un peu déçue. La magie n'opère pas… Le temple d'Erechthéion paraît en meilleur état. Mais la vue est splendide d'en haut. On surplombe Athènes à des kilomètres. Toutes les constructions sont blanches. Non, il n'y pas de toits bleus, c'est réservé aux Cyclades ! Je touche ces vieilles ruines, on ne sait  jamais ! Non, je ne vous le dirai pas, vous n'avez qu'à deviner !  Des chats, tout maigres, déambulent au milieu de la foule de touristes. Du reste, il y a des chats errants, partout en Grèce, tous plus maigres les uns que les autres. Ils ont la particularité d'avoir une tête très triangulaire, un peu comme les chats égyptiens. Ben oui, il fallait bien que je vous place "mon" Egypte, quelque part !!

La descente est encore plus difficile que la montée, tant je glisse. J'arrive tout de même entière et debout  en bas où nous rencontrons un jeune kabyle qui distribue des tracts sur les croisières possibles en partance d'Athènes, les mêmes proposées par Look Voyage, mais beaucoup moins chères.  Nous papotons un bon moment avec cet homme fort sympathique et décidons de nous rendre à l'agence qui organise ces excursions, pour de plus amples renseignements et savoir si c'est bien sérieux. Nous traversons des petites rues  bordées de commerces avant d'arriver à l'agence. Là, je regrette de ne pas avoir suffisamment bossé mon anglais depuis ma sortie d'école ! Personne ne parle français. Et en Grèce si tu ne parles pas grec ou anglais, tu es fichu !!  Donc, tant bien que mal, je comprends que c'est une croisière d'une journée pour visiter 3 îles, repas compris et que  le bus nous prendra le matin à 7H30 devant le Grand Hôtel de Bretagne, près du Parlement d'Athènes. C'est bon, nous savons où il se trouve, nous l'avons aperçu ce matin !

Alors que nous flânons encore un peu, certains commerçants sortent leur chaise et s'installent au milieu des rues pour discuter "à la fraîche". Des restaurateurs nous accostent pour proposer leurs menus.

Mes mollets comment à se faire durs quand nous reprenons le métro. Retour à l'hôtel vers 20H, après les interminables arrêts du bus.

Douche puis dîner suivis d'un café et d'une tentative pour appeler les enfants via Skype, mais impossible de me connecter. Nuit de sommeil plus agitée, dommage, je croyais que c'était l'air de la Grèce qui m'était bénéfique !

 Lundi matin, à l'aube, enfin à 7H45, J. va courir pendant que je me prépare tranquillement. Au petit déjeuner, nous croisons les petits lyonnais qui nous donnent quelques tuyaux sur Athènes. Nous descendons à la piscine où tous les transats sont disponibles, vu qu'il n'y a que 7 personnes ! Pourtant, il fait beau et déjà chaud malgré un petit vent. Rien à voir avec le mistral !

A midi, on retourne se changer (70 marches) puis on redescend au self et on remonte (70 marches) + le raidillon pour repartir à Athènes afin de réserver la croisière. Vous vous rendez bien compte, j'espère, de tout le sport que je pratique !!

Armée de mon petit dico d'anglais qui ne  sert à rien pour une conversation, nous réservons notre croisière pour le lendemain. L'après-midi est déjà bien entamée et nos forces aussi, (eh oui, on vieillit !) nous déambulons dans quelques nouvelles ruelles avant de retourner au bus qui nous ramène à l'hôtel. Nous sommes en avance, aussi, par curiosité, nous entrons dans un super marché pour comparer les prix. A part la viande et les légumes moins chers qu'en France, le reste est encore plus cher !   Comment font-ils ??

Au dîner, je m'octroie quelques excès de gourmandise, faut bien que je nourrisse les muscles de mes cuisses !

Je tente à nouveau une connexion Skype : infructueuse ! Je ne suis vraiment pas douée !

 Mardi matin, lever 4H45, le bus étant à 5H30. Une heure et demie plus tard, nous arrivons devant le Parlement. Nous allons prendre un  café au Mc Do (y en a partout dans le monde !) avec un  muffin car nous n'avons pas déjeuné à l'hôtel. Alors que je suis sur le point de réussir à me connecter à Skype via le wifi du fast food, nous sommes obligés de partir vers le point de rendez-vous où nous attend un mini bus. Il effectue un circuit pour ramasser d'autres touristes, dont trois jeunes marocaines d'une vingtaine d'années, très mignonnes et très évoluées, qui se font remarquer par leur retard de 10 mn. Quelques minutes après, nous embarquons au Pirée, sur un grand bateau. Sous une musique locale, un photographe immortalise notre montée encadrée avec des représentants  du folklore grec. 

Nous grimpons (encore !) jusqu'au pont supérieur, soit le 3ème. La mer est bleu turquoise et le soleil brille avec , toutefois,  un peu de brume à l'horizon. La croisière démarre à 8H30 précises.La population à bord est très cosmopolite. Il y a des chinois, des espagnols, des hongrois, des iraniens et des iraniennes voilées de la tête aux pieds, des belges, des russes, des marocaines et une mini poignée de français. Notre accompagnatrice se prénomme Annie et parle 7 langues couramment. Je suis impressionnée…moi et mon pauvre anglais ! Le paysage, la mer et  le temps sont magnifiques. Que du bonheur ! Alors que le soleil est déjà très chaud sur le pont supérieur, quelques personnes farnientent dans des transats. Vers 11H, une démonstration de sirtaki nous est proposée par des danseurs accompagnés d'un orchestre. Puis c'est apprentissage de la danse pour ceux qui le désirent. Le cours se termine par une joyeuse farandole sur le pont. L'ambiance est très sympa.

A 11H30, nous débarquons sur l'île d'Hydra dans le golfe Saronique. J'ai la sensation de rentrer dans une carte postale vivante tant c'est beau. La particularité de cette île, ce sont les ânes, seul moyen de transport autorisé sur l'île. Nous avons quartier libre jusqu'à 13H, aussi nous visitons un tas de petites ruelles très étroites avec des habitations toutes blanches et aux toits rouges. Je suis étonnée de constater l'eau cristalline dans le port. J'ai souvenir d'eaux très sales dans les ports français…!

A 13H, déjeuner à bord. Un très bon buffet nous est proposé et nous partageons notre table avec deux jeunes hommes belges, légèrement efféminés et parés de piercings un peu partout. Après le repas, je m'assoupie, la tête posée sur une table, pendant quelques minutes…la nuit a été courte ! Pour ma défense, il fait 33°à l'ombre,  ça incite à un petit somme ! D'autres passagers profitent de la clim et des banquettes au pont inférieur. Après avoir rouvert les yeux, j'admire à nouveau le paysage qui défile, c'est un vrai enchantement ! Il y a une clarté incomparable qu'on ne trouve même pas en Provence…

Nous empruntons un chenal qui longe le Péloponnèse avant d'arriver sur la petite île de Poros. Là, nous avons quartier libre pendant une demi-heure. Nous en profitons pour boire un café, mais il n'y a pas grand-chose à voir près du port.

Ensuite, direction l'île d'Egine pour une excursion en bus. Très belle île avec des champs de pistachiers et un bord de mer assez escarpé avec des eaux limpides et transparentes. Un régal pour les yeux ! Nous visitons le monastère de Saint Nectaire, un magnifique temple récent dont la déco est entièrement faite à la main. Avant de regagner le bateau, nous achetons un sachet de pistaches grillées, c'est un vrai délice pour les gourmandes comme moi !Nous croisons de très jolies calèches qui promènent  les touristes, rien à voir avec les calèches de Marrakech, celles-ci sont très classe !

Sur le chemin du retour, les passagers sont réunis au pont inférieur pour un spectacle de danse grecque. Sur les conseils de l'animatrice, je réussis à me placer juste devant la scène, c'est mieux pour observer la synchronisation des pas des danseurs. C'est effectivement très impressionnant, cet ensemble parfait. Après plusieurs démonstrations de leur talent, ils invitent une jeune fille dans le public,  pour une danse endiablée. Puis d'autres lui succèdent : l'ambiance est très agréable, les rires et les applaudissements fusent.

Enfin, ce sont les adieux avec le personnel. Annie, l'animatrice avec laquelle j'ai bien sympathisé, me serre très fort dans les bras en me disant : "je suis sûre que tu reviendras et qu'on se reverra" ! Que le ciel l'entende !! J'y retournerais bien !! Comme dans "la croisière s'amuse", après la passerelle de débarquement, l'équipage nous salue. Annie m'embrasse chaleureusement. C'est bizarre, cette impression, je suis heureuse d'avoir rencontré cette femme, je ne saurais dire pourquoi. La magie des ondes, sans doute !

Le Pirée est malheureusement encore bien éloigné de notre hôtel. Encore 2H15 de trajet en bus, puis en métro et encore en car. Il est 9H45 quand nous parvenons à l'hôtel. Ouf ! Le restaurant ne ferme qu'à 22H, on va pouvoir manger un peu avant d'aller dodo !! Par contre, je ne mange pas de lapin, j'ai trop peur que ce soit du chat, vu le nombre impressionnants de chats dans les rues !

 Merveilleuse  journée : de beaux rêves pour la nuit et de beaux souvenirs.

 Mercredi matin, relâche. Un peu de piscine.  Un peu de transat, un petit tour à la plage avant de déjeuner au self. Pas de sieste. Courageusement, nous reprenons le bus pour l'agence de voyage à Athènes afin de réserver une journée dans le Péloponnèse. Grâce à mon excellent anglais, je réussis à me faire comprendre et je fais même remarquer que la croisière était très "good" ! Je m'améliore !

Nous n'avons pas le courage de continuer la visite des curiosités d'Athènes, et pour me donner un peu de courage, je goûte  un café frappé. Tous les gens se promènent avec un café frappé à la main, alors je suis curieuse ! En fait, c'est un café froid avec plein de glaçons et un peu de mousse… Rien d'exceptionnel ! Je fais l'emplette de quelques bricoles pour mes petits enfants puis nous rentrons à l'hôtel.

Soirée paisible après le dîner, toujours très diversifié et correct.

 Jeudi matin, debout à 5H30. Cette fois, nous prenons un petit déjeuner avant de partir pour Athènes. Départ prévu à 8H devant l'hôtel de Grande Bretagne. Le bus a une demi-heure de retard… Panique chez J.  Enfin le voilà : nous sommes soulagés !10 mn plus tard, transfert dans un mini bus dans lequel une guide nous attend.

Nous roulons sur une autoroute avant le premier arrêt, le canal de Corinthe, espèce de grande tranchée qui relie le Péloponnèse et la Grèce continentale. Ce n'est vraiment pas large mais très profond ! Impressionnant ! J'ai le vertige et J. se moque de moi en disant que j'exagère…

Direction Mycènes, royaume d'Agamemnon. Nous montons (eh oui, ça monte encore), vers la citadelle, du moins vers les ruines, sous un soleil brûlant.   J'ai beau avoir prévu un chèche pour ma tête, je sens que ça tape vraiment. Si bien, qu'après les explications de la guide, je cherche de l'ombre. Vite, il me faut de l'ombre, je ne me sens pas bien ! Il faut dire que nous ne sommes que 8 personnes mais de nationalité différente, aussi la guide commence toujours par des explications en anglais avant le français. Et ça dure des heures ! En plus, elle a une voix monocorde et ce qu'elle raconte n'a pas grand intérêt… Donc, je suis à l'ombre, mais debout.  Mon état ne s'améliorant pas et  repérant un banc en contrebas, je dévale la pente pour m'affaler dessus. Ouf, il était temps, le paysage, bien que grandiose, tanguait dangereusement ! Je bois une gorgée d'eau et je me mets à trembler alors qu'il fait au moins 35° !Retour vers le bus et là, oh joie ! Un marchand de jus d'orange pressée ! J'engloutis un grand verre pour me requinquer. Ça va mieux !

3 minutes plus tard, nouvel arrêt pour visiter le tombeau d'Agamemnon. Nous constatons que les constructions ne sont pas aussi raffinées qu'en Egypte. Et toc, je vous l'ai remis une deuxième fois !

Quelques minutes plus tard, pause déjeuner dans un très grand restaurant. Le repas, typiquement grec, est très bon et surtout beaucoup trop copieux, car nous n'avons qu'une demi-heure pour tout avaler ! Tout ça pour nous emmener dans une boutique d'artisanat où  tout est moche !  Enfin, pas du tout mes goûts ! Tant mieux je ne dépense rien !

Escale 30 mn à Nauplie, petit port très accueillant où les méduses flottent gaiement dans des eaux turquoise et transparentes.

Après avoir longé des champs de citronniers et de pistaches, nous arrivons au théâtre d'Epidaure. Superbe et majestueux théâtre avec la particularité d'avoir une acoustique exceptionnelle. Quelques touristes en font la démonstration. Pour apprécier, il faut grimper 110 marches. Je capitule, je ne peux plus grimper ! Mes gambettes refusent ce nouvel effort. Il fait toujours très chaud et je crains un nouveau malaise. Eh oui, les vieilles ne sont pas sortables !!Allez, un petit effort et je me dirige vers un mini musée dans l'enceinte de la cité. Il y fait bon, c'est déjà ça ! J'ai le malheur de tâter une statue, je me fais rappelée à l'ordre immédiatement ! Que voulez-vous, j'aime les vieilles pierres, elles dégagent tant de choses que je ne peux résister !!

Le trajet du retour s'effectue par les bords de mer. Nous traversons de magnifiques gorges. J'imprime tout dans ma petite tête, c'est trop beau pour oublier !

Arrivée à Athènes vers 18H20. Encore un peu d'énergie pour le métro et le bus afin de regagner l'hôtel. Je ne peux plus marcher, j'ai affreusement mal aux jambes. Pour une fois, c'est un bus climatisé et c'est tant mieux !

Effectivement, une fois déchaussée, je constate que mes pieds ont doublé de volume et sont  tout bleus : il est temps que j'arrête ! Voyez que je n'ai pas fait de chiquet aujourd'hui !

Le lit me semble très moelleux et  bienvenu !!

 Vendredi est une journée détente. Nous avons appris qu'une découverte thalasso était comprise dans notre forfait. On peut y passer la journée si on le désire. Hormis les piscines d'eau de mer, il y a le sauna et le hammam. Thalasso et détente vont de pair, aussi nous montons (petit effort avant la récompense) jusqu'au spa. Il règne un silence feutré et les lumières tamisées éclairent un espace tout en marbre. Un réceptionniste fournit un peignoir, une serviette, des chaussons en plastique et une petite charlotte transparente. Les vestiaires et les sanitaires ont bien meilleur allure que dans les bungalows ! La plus grande piscine, chauffée à une température de 30° environ, est parfaite pour moi ! Elle est dotée de multiples jets  plus ou moins forts. Idéal pour un massage du dos ! Il y a aussi un parcours à contre-courant où il faut vraiment s'accrocher pour marcher ! Deux autres bassins se font face au fond su spa. Ils sont à 36°, un véritable bain décontractant ! L'un est un jacuzzi avec des bulles et des remous qui malaxent agréablement. L'autre comporte des jets très puissants. Pendant plus de deux heures, j'alterne entre les bassins, ça fait un bien fou ! Nous dégustons  une boisson chaude drainante et dépurative. Il me semble reconnaître le goût et l'odeur du thym. Je m'abstiens pour le sauna et le hammam, je ne suis pas fan.

Pour parfaire ce moment de décompression, petite bière en apéritif avant le repas. Faut ce qu'il faut !! Ensuite, sieste, piscine, plage : rien que de la détente !

En fin d'après-midi, nous tentons une virée dans le village voisin : circulez, y a rien à voir ! Juste un magasin "spar" où nous achetons des pistaches (pour accompagner la bière !)

Après le dîner, je parviens enfin à me connecter à skype, grâce à un petit groupe de jeunes français. Hourra ! C'est beau la jeunesse, tout de même !! Je réussis à converser un moment avec ma fille avant d'être coupée. La connexion n'est tout de même pas au top !

 Samedi, dernier petit déjeuner au Mare Nostrum.

L'ascenseur, toujours lunatique, refuse de descendre et comme c'est un cauchemar récurrent chez moi, j'emprunte l'escalier !

Le wifi fonctionne impeccable ce matin. J'en profite pour appeler ma sœur et ma fille.

Après déjeuner, petite sieste en prévision de la longue nuit qui nous attend.

Une fois les bagages bouclés, nous allons faire du pédalo. Le but est d'aller jusqu'à une petite île déserte à 25 mn de l'hôtel. C'est très agréable, il fait beau, pas trop chaud, l'eau est d'un bleu transparent. Que demander de plus ? Deux magnifiques yachts mouillent à quelques dizaines de mètres de l'île. Leur petit bateau de secours nous suffirait !! Nous les frôlons fièrement du haut de notre pédalo !!

Au retour, J. participe à une pétanque pendant que je me repose sur un transat à la piscine. Non, je ne suis pas paresseuse, il faut juste que je récupère de mon pédalage !

Pas de repas à l'hôtel, ce soir. Il n'est pas compris dans le forfait. Il faut avouer que nous sommes privilégiés, car nous avons pu profiter du premier jour de notre arrivée presqu'entièrement et complètement du jour de départ. Donc, ce soir, nous allons dîner "en ville", enfin au village. Un quart d'heure de marche et nous débouchons dans la rue principale où 2 ou 3 restaurants nous paraissent corrects. Un serveur de notre hôtel se trouve justement attablé à une terrasse et nous aborde, nous recommandant ce resto. Nous communiquons en anglais. Si, si ! Quelquefois, il suffit de trois mots pour se comprendre…! J'ai juste dit que nous devions partir à 22H pour notre avion. Je vous épate, hein ! La spécialité de la maison étant le poisson, j'opte pour une petite friture. Je me régale et les matous qui envahissent la salle, aussi ! Ils sont tellement maigres qu'il faut bien les nourrir !

22H, un taxi nous emmène à l'aéroport en compagnie du couple de lyonnais. Le chauffeur, qui du reste est une femme, ne connaît pas le trajet et se trompe de route. Heureusement elle branche son GPS, c'est plus rassurant !

Je suis barbouillée, les petits poissons ne passent pas bien… Je bois un thé citron à l'aéroport pour tenter une meilleur digestion.

Dès 23H15, nous embarquons. Nos sièges se situent au premier rang, ce qui a pour avantage d'allonger les jambes.Décollage à 23H40, sans problème pour mes oreilles.  Au-dessus des Alpes, nous traversons un orage, ça remue un peu. Atterrissage à 2H30, avec l'oreille gauche complètement bouchée. La récupération des bagages est bien longue, surtout que la fatigue commence à se ressentir. De drôles de craquements retentissent dans mon oreille gauche,  c'est douloureux et désagréable. Et en plus, je reste sourde !

Dehors la pluie et une grande fraîcheur nous accueillent. Ça sent la fin des vacances !! Nous essuyons des trombes d'eau sur la route : un vrai plaisir !

Petite pause café pour nous réveiller, car nous avons embarqué Morphée qui faisait du stop sur la route !

Sortie d'autoroute épique au péage : la voiture, qui nous suit, fraude en nous collant et réussit à sortir sans déclencher l'alarme. Y a des petits malins…!

Maya, ma chatte, nous reçoit en miaulant pendant plus de 30 mn. Mécontentement ou joie de nous    revoir ? J'opte pour la deuxième solution, c'est plus positif !

 Voilà, le voyage est terminé. J'espère vous avoir fait rêver un petit moment, et peut-être même sourire.

Quant à moi, enrichie de beaux souvenirs et musclée des cuisses, je suis très heureuse de ce séjour !

 Je retournerai en Grèce avec grand plaisir.

 Avis aux amateurs !!

 

 

 

 

 

Posté par crabusette à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire